jeudi 18 août 2022
0,00 EUR

Votre panier est vide.

AccueilActualitésSociétéDes nus suisses contre les discriminations

Des nus suisses contre les discriminations

spot_img

50 étudiant.e.s de la faculté de médecine de Genève ont posé nu.e.s pour mettre l’accent sur la tolérance et la dénonciation des discriminations. Ainsi, dans leur calendrier 2021, ils veulent « souligner la sous-représentation de certaines situations et encourager un mouvement d’indulgence et de bienveillance« .

«D’ordinaire, ce sont les patients qui se dénudent devant nous. Inverser la vapeur, c’est explorer la fragilité de ce statut», explique pour Le Temps Eugénie de Weck, 23 ans, une étudiante en médecine, vice-présidente des Saturnales. Cette mythique association genevoise liée à la faculté de médecine de Genève a décidé de dédier son traditionnel calendrier déshabillé, une tradition datant de 2009, en l’étendant à une réflexion sur les discriminations.

Pour cette cuvée 2021, ce sont 50 futur(e)s médecins qui ont posé nu(e)s devant l’objectif de Diane Dedoyan, une étudiante à la HEAD, « pour dénoncer 12 tabous ou autres archaïsmes de notre société« . Des menstruations à la discrimination raciale, en passant par les sports genrés ou la pilosité, chaque mois assure sa mission. Le résultat, réalisé souvent en plein air, entre lac et rivière, force l’admiration. Et les bénéfices de ce calendrier, vendu 17 francs sur le site des Saturnales, seront reversés à trois associations œuvrant pour l’écologie et le mieux-être des enfants ou des adolescents.

Les règles, l’égalité, les seins, etc

Nus au bord de l’Arve, au jardin botanique, au milieu des vaches ou au stade de Genève, 12 sujets traités pour 12 mois, depuis les règles (mars), La masculinité hégémonique (avril), la sexualité (mai), le sport au féminin (juin), la sous-représentation des femmes dans certains métiers (septembre), la liberté d’expression, la pilosité, le diktat de la beauté,

Et puis, écrit Le Temps, « il y a cette drôle de photo d’octobre. Couchés au sol, quatre filles et un gars dissimulent leurs tétons derrière un rectangle noir« . Eugénie de Weck explique: «Cette image souligne le fait que, dans la publicité et sur les réseaux sociaux, la nudité et, en particulier, les tétons féminins ne sont pas autorisés alors que, sur la voie publique, on est envahis de représentations très provocantes du corps de la femme et de l’homme.» Reprenant le hashtag #freethenipple, la légende d’automne lance: «Viens, on arrête de sexualiser le corps des autres, ils valent bien plus que ça!»

«C’est exactement à cause de cet interdit que toutes les jeunes femmes de ce calendrier cachent leur poitrine», explique l’étudiante en médecine, qui poursuit: «Au départ, on pensait se concentrer sur les discriminations sexistes, puis on a élargi les thématiques pour être plus universels.» Et l’esthétique? Ce côté très léché et à la fois insolent, qui l’a imaginé? «Avec Diane Dedoyan, qui étudie le graphisme à la HEAD et qui a pris les photos, on a voulu un visuel plutôt léger, lumineux, de sorte à ne pas alourdir le propos qui est déjà assez costaud

Pour réaliser ces clichés dénudés dans les lieux publics, les Saturnien(ne)s ont dû imaginer des stratégies. «Parfois, comme sur la plage de Corsier, nous avons demandé aux gens de regarder ailleurs ou alors, pour les photos de l’Arve, des veilleurs, postés sur le chemin, demandaient aux promeneurs de ne pas descendre sur la plage, le temps de la photo.» Une image a-t-elle posé des problèmes particuliers? «Oui, la photo sur les discriminations raciales. Nous aurions souhaité plus de métissage, plus de représentation des différences, et c’est d’ailleurs la seule photo pour laquelle nous avons démarché des personnes en particulier. Mais, malheureusement, même si ces étudiants ont applaudi la démarche, ils et elles n’ont pas souhaité poser nu(e)s.»

Comment, elle-même, a-t-elle vécu le fait de se dévoiler? «Ça fait un peu bizarre de se dire qu’on va se retrouver au-dessus de la cheminée, dans un salon inconnu. Heureusement, Diane, la photographe, a un tel talent et une telle délicatesse que les séances se sont super bien passées et le résultat est classe!»

Voir la vidéo de présentation du calendrier réalisée par Lémanbleu ICI.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

POUR NE RIEN MANQUER, ABONNEZ-VOUS
A NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE
spot_img
spot_img
spot_img
Dans le même style

Nos partenaires

Nous vous invitons à visiter les sites de nos partenaires ci-dessous, en 1 clic