jeudi 18 août 2022
0,00 EUR

Votre panier est vide.

AccueilActualitésNudité minimum pour la cyclonue d'Avignon

Nudité minimum pour la cyclonue d’Avignon

spot_img

Dimanche 12 septembre, les participants à la cyclonue d’Avignon n’auront droit qu’à une demi-nudité. Une condition préfectorale validée par les organisateurs qui divise les partisans de ce type de manifestation. A Paris, c’est purement interdit.

L’information est tombée ce mercredi 8 septembre dans l’après-midi : la cyclonue d’Avignon, préparée de longue date, est autorisée, sous condition qu’il n’y ait pas de nudité intégrale ! Les organisateurs, dont Régis Monceaux, le responsable de l’association Pourquoi pas nu en Provence, et la FFN, l’ont relayée aussitôt, en expliquant qu’ils avaient accepté cette condition.

« Suite aux dernières conversations d’aujourd’hui avec la préfecture et afin que notre manifestation soit maintenue, nous avons accepté quelques modifications recommandées à savoir : Lieu de rassemblement sur les Allées de l’Oulle à 13h. La manifestation démarrera à 14h des allées de l’Oulle pour faire le contour des remparts d’Avignon. La nudité n’a pas été autorisée toutefois un simple cache sexe peut suffire (le pique-nique initialement prévu sur l’île de la Barthelasse à 11h ne peut avoir lieu)« .

WNBR à Amsterdam – 28 août 2021

Ainsi, expliquent-ils : « Notre Cyclonue est maintenue et acceptée, c’est le principal et en tant que naturistes avec notre valeur de respect, nous avons accepté les demandes et notamment celle de devoir défiler semi-nu dans l’espoir de pouvoir la faire nu la prochaine fois. Déguisés, body-paintés, semi-nus, habillés, soyez les bienvenus pour défendre notre terre ! » expliquent-ils en donnant rendez-vous à toutes et tous « à 16h, au retour de la manifestation, sur le parking des Allées de l’Oulle avec un très bon goûter pour saluer notre belle cyclonue« .

Des objectifs différents

Pour la FFN et les responsables de l’association initiatrice, cette acceptation va dans la logique initiale. Dés l’origine, ils avaient expliqué que ce n’est pas une manifestation naturiste, destinée à promouvoir la nudité urbaine, mais prioritairement une manifestation pour sensibiliser à la fragilité des cyclistes dans l’espace urbain, tout en valorisant le vélo comme moyen de locomotion propre à contribuer à lutter contre le réchauffement climatique. Cette argumentation, considérant la nudité comme un moyen d’expression et non un but, est la même pour justifier la seconde « cyclonue » prévue le même jour à Rennes, elle aussi soutenue par la FFN. Mais elle apparait réductrice pour le Mouvement naturiste qui est à l’initiative des « cyclonues » du Mans (11 septembre) et Metz (18 septembre), comme il l’était pour celle de Bordeaux (5 septembre), en y ajoutant la défense de la nudité urbaine.

Ces deux conceptions de la « cyclonue », l’une modérée et l’autre plus radicale, n’ont pas manqué de s’affronter dès l’annonce sur les réseaux sociaux de cette restriction, calquée sur les impératifs bordelais de la semaine précédente. « N’importe quel dictionnaire nous dit que cache-sexe est synonyme d’hypocrisie. Je comprends qu’il a du être difficile de se décider, parce que dire non était renoncer à une cyclonue où la quasi-nudité est autorisée, mais dire oui est accréditer qu’en aucun cas une vulve ou un pénis ne doit être visible« , estime Philippe E., notant que les seins nus féminins ne seront pas non plus autorisés, ce qui entérine de fait une discrimination en les assimilant à des organes sexuels.

WNBR à Amsterdam – 28 août 2021

Mais « C’est un pas…nous y arriverons petit à petit« , estime la FFN en rappelant que « la WNRB a pour but de montrer la fragilité du corps humain dans le trafic urbain. La NUDITE est UN MOYEN pas le BUT…. A moins de vouloir détourner la WNRB à d’autres causes« . Un discours mal reçu par les tenant de la liberté de circuler nu dans l’espace public, tel Jeff, très impliqué dans le Mouvement naturiste, qui considère là que « la FFN a accepté de reconnaître au final que la simple nudité relevait bien du délit d’exhibition sexuelle« , renonçant ainsi « à la liberté d’expression qui comprend aussi le libre choix des moyens d’expression… sans qu’il n’y ait d’ingérence de la part des pouvoirs publics« .

Pour sa part, Marc LB, dans un soucis de conciliation, estime que « cela appuiera que la loi doit être éclaircie car interprétée différemment, suivant les préfets de départements« . C’est le moins que l’on puisse constater, de Rennes à Bordeaux. Ces différences d’appréciation de la loi entraînent un flou social et juridique important. Même si, notent quelques observateurs, « on est loin de la pratique naturiste habituelle« , tout en évaluant, peut-être à tort, le nombre des personnes réellement concernées, et prête à franchir le cap, à quelques centaines sur tout le territoire.

En 2020, ils n’étaient pas plus de 60 à Rennes. Mais il est vrai que c’était une première, et qu’il faut du temps pour que certaines idées fassent leur chemin…

JLB

A NOTER : Dimanche 28 août, une cyclonue en toute nudité était autorisée à Amsterdam, comme le montrent les photographies d’illustration issues d’une vidéo diffusée sur Youtube, visible ICI. Le 4 août, une cyclonue identique avait lieu à Brighton. A contrario, en date de ce 9 septembre, la préfecture de Paris a répondu négativement à la demande de la FFN pour une cyclonue à Paris le 12 septembre, « en dehors de l’espace naturiste de Vincennes » ! Un recours en annulation a été adressé dans la foulée.

WNBR à Amsterdam – 28 août 2021

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

POUR NE RIEN MANQUER, ABONNEZ-VOUS
A NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE
spot_img
spot_img
spot_img
Dans le même style

Nos partenaires

Nous vous invitons à visiter les sites de nos partenaires ci-dessous, en 1 clic