lundi 23 mai 2022
0,00 EUR

Votre panier est vide.

AccueilPratiquerIls ont pédalé nus à Rennes

Ils ont pédalé nus à Rennes

spot_img

Pari gagné ! Dimanche 13 septembre, plus d’une cinquantaine de cyclistes mobilisés par la FFN et France nature Environnement, soutenus par l’APNEL, ont pu défiler nus à Rennes grâce à l’autorisation donnée par la préfecture. Une première française qui fera date, et minimise les refus de Paris et Lyon.

« La cyclonudista, entendez une balade de cyclistes nus, a rassemblé une cinquantaine de personnes ce dimanche à Rennes. Une manifestation pour sensibiliser à la vulnérabilité des vélos en ville, mais aussi à la fragilité de l’écosystème. Être nus la meilleure façon d’être vus ! disent-ils« . Ainsi saluait France3 ce dimanche 13 septembre la manifestation organisée à Rennes par France nature environnement et la Fédération française de naturisme. Une première en France.

Reprise par l’AFP et par de nombreux médias régionaux et nationaux, l’information chiffrait entre 50 et 100 participants, majoritairement des hommes, et notait la tenue « bon enfant » de l’évènement.

« La manifestation a failli ne pas pouvoir se tenir, parce qu’il est interdit de circuler nu en ville. Finalement elle a tout de même pu se dérouler, mais en dehors du centre-ville (…) Des hommes nus, mais masqués pour certains et qui ont assuré maintenir la distanciation physique« . Après un pique-nique, ils sont partis décontractés, à 14h en cortège, escortés par la police, pour une boucle de 14 km de deux heures, dans un concert de sonnettes et de cornes de brume, « suscitant les applaudissements des curieux. « Stop Ecocide », « Love », « Pas de climat pas de chocolat » ou encore « La petite Rennes est fragile » pouvait-on lire, sur les corps badigeonnés des naturistes ».

Pour Jean-François Feunteun, coorganisateur de cette « cyclonue » de Rennes, il s’agissait « de sensibiliser l’opinion publique et la classe politique à la protection des usagers doux et actifs en ville mais aussi à la qualité de vie dans les centres urbains. »
« C’est vraiment un message de ‘réveillez-vous’ par rapport aux urgences climatique et de la sixième extinction animale. Avec les 38 degrés au cercle arctique les incendies partout, on ne peut pas continuer. Au-delà de la planète c’est l’humain qui est en danger »
.

Pour Marc, l’un des participants, « La cyclonue de Rennes s’est termine il y a quelques minutes ! C’était… Génial, les gens nous applaudissaient, j’ai eu le droit a un « Merci pour ce que vous faites ! » franc et massif d’une jeune femme qui nous regardaient passer au volant de sa voiture. On est tout sur un nuage, on sait qu’on a fait quelque chose d’important, mais on ne s’en rend pas tout à fait compte. J’ai discuté avec quelques jeunes, ils ne savaient même pas que c’était la première, il y en a même un qui n’avait jamais fait de naturisme avant !« 

le circuit rennais

Et pour Fabrice, un autre participant, « Maintenant que l’euphorie est passée et puisqu’il faut bien que quelqu’un s’y colle, Je souhaiterais revenir un peu sur la cyclonudista Rennaise. Pour commencer, je voudrais dire que j’ai été heureux et fier d’y avoir participer. Cependant, il y a quelques points qui m’ont un peu, disons « contrarié ». Par exemple, le pique-nique. Il n’a jamais été dit que le déjeuner serait naturiste. Pourtant, j’ai vu au moins une personne du groupe totalement nue. Si des participants souhaitaient pique-niquer nus, ils auraient peut-être pu se mettre à l’écart du groupe afin de ne pas risquer de mettre en péril notre sortie avant même qu’elle ne démarre. Autre point. Le départ de la cyclonue n’était-il pas prévu à 14 heure sur le parking du parc des Gayeulles? Pourquoi être finalement partis, nus, en plein parc et au milieu des familles présentes. Du coup, nous n’avions pas fait 100 mètres qu’on se faisait déjà vilipender. Ensuite, le parcours s’est plutôt bien passé. Par contre, faire une pause devant l’entrée principale d’un cimetière, c’est déjà, à mon gout, un peu limite, mais essayer d’y entrer en short et torse-nu…faut peut-être pas exagérer!!! Si si, j’ai vu une personne âgée faire la moral à un de nos participants qui allait entrer dans le cimetière en short et torse-nu. Et enfin, moi le premier, je pense qu’on aurait peut-être du porter un peu plus les masques pendant notre ronde. Pas en roulant, bien-sûr , mais au moins lorsque nous étions aux arrêts/pauses prévus dans l’organisation. Nous étions attendus la-dessus et le non-port du masque fait parti des sujets récurrents dans les critiques concernant notre balade. Je crois qu’il y avait des accords avec la préfète et la municipalité de Rennes mais je ne suis pas certain que, de notre coté, nous les ayons respectés à la lettre. Sur notre affiche, il était écrit  » construisons le jour d’après », commençons déjà par construire la WNBR d’après. Il faut que les gens comprennent qu’en participant à cet événement, il faut en respecter les règles et par conséquent, les organisateurs. Loin de moi l’idée de critiquer pour critiquer mais je souhaiterais vraiment qu’il y est d’autres « cyclonudista » en France, pour moi, pour vous et pour tous les autres, naturistes ou pas encore.

🤞 Ne manquez pas nos derniers articles !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

spot_img
spot_img
spot_img
Dans le même style

Nos partenaires

Nous vous invitons à visiter les sites de nos partenaires ci-dessous, en 1 clic