mardi 5 mars 2024
0,00 EUR

Votre panier est vide.

AccueilMédiathèqueArt du NuLa Délivrance, oeuvre controversée d'Emile Guillaume

La Délivrance, oeuvre controversée d’Emile Guillaume

spot_img

Au début du XXE siècle, Emile Guillaume crée une œuvre très controversée : la Délivrance. Une femme nue épée à la main qui implore le ciel…. , ou qui se désespère du peu de raison des hommes. L’histoire de cette sculpture est contée dans Naturisme Magazine.

La Délivrance est une statue. C’est probablement l’œuvre la plus connue du sculpteur Émile Guillaume (1867-1954) La statue représente une jeune femme, entièrement nue, se tenant sur la pointe des pieds, la tête et les bras levés vers le ciel. Sa main droite tient une épée et ses bras forment le V de la victoire. Comme diverses statues allégorique réalisée après la Grande Guerre, elle représente la victoire contre l’Allemagne et la Délivrance des territoires occupés. Émile Guillaume la conçoit au lendemain de la victoire de la Marne. Au salon des Artistes français de 1920 (épreuves en bronze), elle s’intitule La Victoire. Le sculpteurl’exposa à deux reprises après ce premier salon avec une épreuve en plâtre (en 1922) et à cire perdue (en 1924).

Elle fut également présentée dans le magazine L’Illustration du 24 mai 1924 ainsi que dans Le Figaro artistique du 22 octobre 1925. La statue fut également installée dans les jardins de l’Esplanade lors de l’Exposition Internationale des Arts décoratifs, industriels et modernes de Paris de 1925. Grâce à cette œuvre, son auteur reçu une médaille d’or au salon des Artistes français de 1924 et un Grand Prix lors de l’Exposition Internationale de 1925 et fut promu en 1926 au grade d’Officier de la Légion d’Honneur.

Le succès de la statue fit qu’elle fut reproduite en de nombreux exemplaires. La Revue des Arts et de la Vie rapporte en 1922 « qu’une épreuve est au Palais du Sénat, une autre au musée de Gand. Elle est aussi chez nos hommes d’Etat (Aristide Briand) et chez nos grands chefs militaires (Maréchal Foch)». Le succès de sa diffusion est facilité par l’annonce du journal Le Matin qui informe le 17 octobre 1919 qu’il offre onze exemplaires (de tailles différentes) de la statue aux grandes villes de France et de Belgique occupées ou bombardées (villes-martyres) pendant la Première Guerre Mondiale. Il s’agit des villes de Lille, Strasbourg, Amiens, Colmar, Metz, Reims, Mézières, Saint-Quentin, Verdun, Bruxelles et Liège.

Que sont-elles devenues ?

Divers exemplaires ont eu une aventure mouvementée notamment à Lille et Nantes. La première inauguration a eu lieu à Lille le dimanche 19 octobre 1919 pour fêter le 1er anniversaire de la libération de la ville. Le quotidien Le Matin explique les raisons de ce choix. La ville de Lille est la première à recevoir la statue de la Délivrance et à accepter l’hommage du Matin car c’est la plus grande des villes délivrées. Bien que non détruite pendant la guerre car rapidement occupée par l’armée allemande, la population civile de Lille a subi des vols, pillages, emprisonnements et déportations. Il faut ainsi se rappeler la supplique que les professeurs Lyon et Doumer, qui demandaient justice pour quatre mille enfants âgés de moins de 18 ans enlevés par les Allemands pendant l’occupation, adressèrent au président de la République, quelques jours après la libération de la capitale des Flandres (…)

Retrouvez l’intégralité de cet article, rédigé par Guillaume Lemoine, dans les N°81 (mai- juin 2023) et 82 (juillet août-septembre 2023) de Naturisme Magazine.

POUR NE RIEN MANQUER, ABONNEZ-VOUS
A NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE

spot_img
Dans le même style

Nos partenaires

Nous vous invitons à visiter les sites de nos partenaires ci-dessous, en 1 clic

×