lundi 23 mai 2022
0,00 EUR

Votre panier est vide.

Home Magazines Nos magazines en version numérique Naturisme magazine 64 en PDF

Naturisme magazine 64 en PDF

6,00 

Votre numéro 64 de Naturisme Magazine vous propose, entre autres, de partir en balades avec Joëlle découvrir le Domaine de Bagheera, un petit paradis Corse, de vous plonger dans son dossier « Où en est la nudophobie ? », de feuilleter son cahier Vivre pour tout savoir sur les huiles végétales alimentaires et cosmétiques, rencontrer l’artiste Michèle Grimaud ou bien encore crée un environnement qui vous correspond avec la rubrique psycho…
Vous pourrez également lire la rubrique Droit qui nous éclaire sur la discrimination antinaturiste, ou plonger dans les témoignages de nos lecteurs…
Pour terminer, retrouvez aussi nos conseils lecture du moment et la nouvelle « Ces mains que nous ne saurions voir ».
Bonne lecture !

En stock

Description

2020, année contre la nudophobie ?

« Ne dites plus antinaturiste, mais nudophobe ». Tel était le conseil lancé par Marc-Alain Descamps en septembre 2000 à la tribune du congrès de la Fédération Française de Naturisme organisé à Héliomonde. Le mot à fait mouche, car sonnant juste, et désormais entré dans les dictionnaires, en même temps que dans le langage de nombre de discours, à l’image de l’APNEL, ou du désormais discours officiel de la fédération. Quelques puristes préfèreraient le terme de gymnophobie, mais la majorité trouvent ce terme plus explicite.

Pourquoi une telle résonnance dans le milieu naturiste, et peut-être même au-delà ? Les naturistes ont compris qu’ils avaient là une arme redoutable, capable de mettre en défaut tout adversaire déclaré : l’accusation de refuser toute nudité, la sienne comme celle des autres. En résonnance avec d’autres « peurs » récemment médiatisées, comme la grossophobie, l’islamophobie… Certains spécialistes en dénombrent ainsi au moins 500.

Lors du congrès 2000, Marc-Alain Descamps précisait toutefois que ce terme n’est pas pour autant un remède magique. S’il peut mieux contribuer à faire socialement accepter la pratique naturiste, il n’entraînera pas pour autant une conversion. Tel qu’il en était alors, et toujours d’actualité, à propos de l’homophobie.

Mais, soulignait alors les participants à ce congrès, « gagner cette acceptation est une nécessité, car elle permettrait à beaucoup de naturistes de se revendiquer tel sans avoir à craindre les regards suspicieux de leur entourage ».

Depuis, la pratique naturiste s’est de plus en plus diversifiée, gagnant du terrain en dehors des espaces dédiés, affichant une nudité parfois urbaine qui perturbe encore la vie de nos contemporains, s’appuyant sur une législation aux contours trop flous, et propre aux interprétations les plus contradictoires.

Vingt ans après, il était bon de faire le point sur la perception de la nudité dans l’art, dans les médias, dans le sport ou dans le domaine public, pour voir si la censure est plus ou moins restrictive en matière de nudité. C’est ce que nous vous proposons dans le dossier de cette édition.

En 2020, la nudophobie sera-t-elle en régression. C’est tout ce que l’on peut souhaiter, en restant vigilant, et combatif.

Jean-Luc Bouland
Responsable de la rédaction

🤞 Ne manquez pas nos derniers articles !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !