lundi 23 mai 2022
0,00 EUR

Votre panier est vide.

AccueilMédiathèqueArt du NuRachel Monnat, son livre, ses poses, sa nudité

Rachel Monnat, son livre, ses poses, sa nudité

spot_img

Ancienne infirmière, l’artiste suisse Rachel Monnat a ensuite exercé le métier de modèle nu, le pratiquant si bien qu’elle en a fait un spectacle. Et maintenant un livre, « L’intouchable nudité« , aussi édifiant sur cette activité que sur le rapport de chacun à la nudité. A lire et découvrir avec plaisir.

Aussi indépendante qu’inspirée, Rachel Monnat déborde de créativité, et d’initiatives. Au hasard de son parcours, on découvre une multitude d’activités artistiques qui semblent presque mal cadrer avec sa profession, qu’elle abandonnera assez vite. Chanteuse, musicienne, danseuse, pratiquant la « pole dance », et même actrice ! Elle obtiendra son diplôme d’infirmière en 2003, lui donnant un métier qu’elle exercera pendant 6 ans, et qui, dit-elle, » lui a permis de développer le rapport au corps, la relation d’aide, l’empathie, mais aussi la connaissance scientifique« . Mais, en parallèle, en 2009, elle travaillera comme modèle pour différents artistes, ateliers et écoles d’art en Suisse et en France. Elle posera pour des peintres, des dessinateurs ou des sculpteurs. Et ce métier, qu’elle continue à exercer, lui donnera l’idée d’un spectacle, qu’elle proposera jusqu’en 2015, qui fera l’objet d’un film, et maintenant un livre. Intitulé « L’intouchable nudité », il est paru en ce mois d’avril 2021, publié par sa propre maison d’édition, Accrosens.

Le premier spectacle que Rachel Monnat écrira et interprètera, seule en scène, sera Rachel et ses amants, où elle raconte les hommes qu’elle a aimé et la découverte de la sexualité. il sera joué pour la première fois en janvier 2012 en Suisse, puis plus d’une centaine de fois, notamment au Festival d’Avignon (2013) et à Paris (2014). Et viendra en 2014  » Le sexe de la modèle« , toujours au Festival d’Avignon, où elle raconte ses pensées quand elle pose nue devant des dessinateurs et des sculpteurs. Là, elle est nue sur scène, comme si les spectateurs étaient les artistes et élèves des ateliers. « Partout où elle joue, le public est enthousiaste et les médias en parlent« , rappelle la presse suisse.

Elle vient de créer sa propre maison d’édition, Accrosens éditions, en 2021, pour publier ses deux premiers livres : L’intouchable nudité et Un jour, j’ai jailli. Et c’est du premier dont on parlera ici. Un livre qui, au rythme de séances de poses s’échelonnant entre ses débuts en 2009 et 2015, parle de la famille, de la nudité, de la sexualité, parfois tarifée, et des rapports avec les autres tout autant que de son activité, sinon par petites touches. Et le tout compose une oeuvre passionnante, écrite dans un style alerte autant que descriptif, qui ne peut laisser indifférent. Un ouvrage qui nous fait regarder les modèles d’art autrement, qui interroge sur notre propre nudité, bien dissociée de la sexualité, et des plus favorables au naturisme. Elle ne cache pas qu’elle aime la France, qu’elle y vient régulièrement, sur la côte languedocienne, et qu’elle ne dédaigne pas les plages naturistes.

Cela pourrait donner à certains l’idée de l’inviter pour une causerie, par exemple. Sur ce métier, sur la nudité, tout autant que sur la sexualité, qu’elle aborde dans d’autres ouvrages, ou sur beaucoup d’autres sujets. Quand elle trouve encore un peu de temps, explique-t-elle, « elle s’épanouit dans de nombreuses et diverses activités« . Notamment l’agriculture, l’enseignement, l’animation commerciale, la direction musicale, la publicité, l’installation de scène, l’artisanat. et pourquoi pas conférencière, à l’occasion de séances de dédicaces de ses ouvrages. C’est tout le bien qu’on peut lui souhaiter. Bonne lecture à tous. Vous ne le regretterez pas !

L’ouvrage est disponible dans certaines librairies de Suisse et de France, ou directement sur son site internet. 260 pages –

Extraits

« C’est quand même invraisemblable qu’un homme puisse interdire à sa femme d’être modèle ! Comment peut-on demander que le corps de sa conjointe appartienne à lui exclusivement, que personne d’autre ne puisse la regarder en tout bien tout honneur? » (page 52)

« J’ai toujours tenu le discours qu’être modèle nue, cela n’a rien à voir avec la sexualité et c’est vrai. » (p 71)

« Dans notre société, on a du mal à accepté la nudité, on la voit toujours comme quelque chose de hors-norme. Pourtant, ce sont les habits qui sont une parure, un costume, une comédie. Le corps nu est vrai et juste ! Dans le dessin, c’est ce que l’on recherche. »(p 81)

« C’est chouette de poser en plein air! J’en rêvais… sentir la caresse du soleil sur ma peau et non derrière une vitre. La nudité a toute sa valeur au milieu de la nature, c’est si naturel, c’est le cas de le dire… »(p 133)

« Quand on dit « nu », ça ne veut pas dire « sexe », et quand on dit « sexe », ça ne veut pas dire « coucher »! Mais tout le monde extrapole et déforme tout. Finalement, plus personne ne se permet de dire des choses, de peur de passer pour des débauchés; c’est pour cela que les gens sont si prudes, on ne peut plus parler, sous peine de faire croire qu’on pense à autre chose que ce qu’on dit! » (p 165)

« Je ne peux pas être nue dans un endroit inapproprié! Par exemple, c’est impossible de faire mes courses nue devant des personnes habillées. Par contre, être nue sur une plage naturiste, c’est naturel. » (p 173)

« On est choqué de savoir que je pose nue devant des peintres. Pourtant, on naît nu, on meurt nu, le corps n’est pas un artifice ! Et pourquoi la nudité est-elle si présente dans la peinture ? » (p231)

🤞 Ne manquez pas nos derniers articles !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

spot_img
spot_img
spot_img
Dans le même style

Nos partenaires

Nous vous invitons à visiter les sites de nos partenaires ci-dessous, en 1 clic