samedi 1 octobre 2022
0,00 EUR

Votre panier est vide.

Home Magazines Nos magazines en version papier Naturisme Magazine 76 version papier

Naturisme Magazine 76 version papier

7,00 

Votre numéro 76 de Naturisme Magazine vous propose, entre autres, de partir en balades avec Joëlle découvrir Le Clos Barrat dans le Lot, de souffler les 50 bougies d’Arnaoutchot, de vous interroger sur votre façon de voir le naturisme en lisant les résultats de l’enquête 2022, de feuilleter le cahier Bien-être pour tout savoir sur le baobab et ses nombreux bienfaits et découvrir Jean Peter, cet artiste prolifique…
Vous pourrez également lire notre rubrique Droit qui met en lumière les remous autour du Topless. Découvrez également la rubrique Médiathèque avec un saut dans le passé, la suite d’Algo – une nouvelle futuriste -, nos conseils lecture du moment et notre grille de mots fléchés.
Bonne lecture !

En stock

Description

Des hommes, des femmes… & du tissu

Il n’y aura pas de « Journées sans maillot » en 2022. La Fédération Française de Naturisme rallie à nouveau la célébration mondiale de la Journée du naturisme, plus positive et plus explicite, les 2 et 3 juillet. Un retour dans l’actualité qui se fait dans un contexte très significatif pour l’évolution de la société. L’été arrivant, les combats pour le droit à la nudité, principalement féminine, se font parfois de façon contradictoire.

Le 8 avril dernier, Marine, une militante féministe, a été condamnée à 65€ d’amende pour avoir contrevenu en 2021 au règlement de la piscine municipale de Toulouse en se baignant sans le haut de son maillot de bain. Une « discrimination » contestée qui l’a incitée à lancer une pétition pour que soit harmonisée la législation, empêchant les municipalités de statuer à leur gré sur le sujet. Cet appel, paradoxalement, a fait écho à Gottingen, en Allemagne, comme l’ont évoqué nombre de média.

Depuis le 1er mai, par arrêté municipal, et par volonté de réduire ces inégalités, les femmes sont autorisées à se baigner torse nu dans les piscines publiques. Jusqu’ici, le « topless » n’était permis que sur les pelouses. Mais cette autorisation ne vaut que le week-end, pour respecter la culture de certaines communautés.

Ces deux positions opposées illustrent une même problématique : la perception du corps féminin dans la société, dominée par une pensée « patriarcale » millénaire, comme l’affirme la spécialiste de la mode Audrey Millet, dans son essai intitulé « Les dessous du maillot de bain ». Elle y démontre que la gent masculine a toujours eu peur du corps de la femme, objet de tentation, bien avant « Adam et Eve », et voulu le contraindre. L’arrivée du maillot de bain, de plus en plus restreint, aurait aidé les femmes à se réapproprier leur corps, malgré les tentatives de le formater, au nom d’un esthétisme défini par les hommes.

Nombre de naturistes se vantent d’avoir été des précurseurs en cela, le rejet de tout vêtement entraînant l’acceptation de la nudité féminine, quelle que soit son apparence. Certes. Mais il reste certainement un peu de chemin à faire, quand on relève sur les réseaux sociaux que cette reconnaissance allemande est majoritairement applaudie par les hommes, « parce que des seins de femmes c’est beau (!) ». Et que c’est aussi une large majorité d’hommes qui répond aux enquêtes sur le naturisme. De là à dire que cela fait mauvais genre…

Jean-Luc Bouland

Responsable de la Rédaction

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

POUR NE RIEN MANQUER, ABONNEZ-VOUS
A NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE

Informations complémentaires

Poids 0,220 kg